Mairie, 41 rue Principale 67350 Kindwiller. 03.88.07.70.67 mairie@kindwiller.fr Mardi 17h00-19h15 et Vendredi 17h30-19h30

Histoire

Histoire de Kindwiller

Les perturbations de la guerre de Trente ans provoquèrent sous l’administration française une réorganisation des secteurs paroissiaux. De 1640 à 1652, le pasteur de Obermodern desservait Pfaffenhoffen ; le simulteneum (usage de l’église par les deux confessions) y fut introduit en juillet 1685. En 1700, l’église de Niedermodern devient mixte à son tour, elle est desservie par Pfaffenhoffen. A la même époque, Bitschhoffen est rattaché à la paroisse catholique de Pfaffenhoffen, mais en 1723 on y retrouve à nouveau un curé. Walk, annexe de Bitschhoffen, en est détaché en 1759 et donné à Pfaffenhoffen. Uberach, d’abord réuni à Bitschhoffen n’est devenu paroisse indépendante qu’en 1864. Kindwiller, devenu chapellenie catholique en 1561, a fait partie de 1802 à 1820, de la nouvelle paroisse de Uhrwiller qui avant 1869 possédait une église mixte, l’église catholique actuelle ayant été construite en cette année 1869. En 1820, Kindwiller fut érigé en paroisse indépendante. Ringeldorf, jadis dépendant de Pfaffenhoffen, est devenu annexe de Morschwiller et, depuis 1808, annexe de Grassendorf. En 1722, Niefern est rattaché à Pfaffenhoffen, plus tard à Uhrwiller. Momentanément rattaché à Bitschhoffen, Uhrwiller avec Niefern sont desservis maintenant par le curé de Kindwiller. En conclusion, une histoire paroissiale assez mouvementée.
Les églises
La première église attestée depuis 1351, déjà dédiée à saint Laurent, était de dimensions modestes comme tous les sanctuaires villageois anciens. Elle occupait un emplacement près du cimetière et dominait ainsi l’agglomération. La mention de 1351 : « Liegt ein ager an der herstrasse juta primissarium … ». Ce même document nous révèle l’existence à proximité de l’église d’un ermitage : « ein acker hinter dem Dorf zieht auf die Close » (cloître) – « ein Garthen in K. bi der Closeb » ; ceux qui y habitaient (hommes ou femmes) s’occupaient de l’entretien de l’église et assuraient très souvent le service des malades. A tout hasard, voici en 1422, desservant l’église : « Heinrich Klaffenstein priester undt cappelan zu Kindwillr. » Cette église contenait un orgue construit en 1839 et 1842 par Jacques Moeller d’Oberbronn.

La seconde église eut une existence plus courte, mais d’autant plus pratique : il n’en subsiste que le chœur. La première pierre fut posée le 13 octobre 1878, alors que M. Bergantz Joseph est maire, M. Feltz curé. Les plans étaient conçus par l’architecte Gustave Bernhard de Haguenau, les travaux réalisés par l’entreprise René Richert de Zinswiller. L’édifice dans le style néo-gotique offrait un aspect pittoresque avec ses voûtes nervurées, ses autels à retable, son mobilier sculpté, son orgue érigé en 1897 par Rinckenbach. Le clocher-porche se terminait par une toiture flanquée à la base sur les angles de quatre tourelles.
Au cours des combats meurtriers de l’hiver 1944-45, les tirs d’artilleries et les bombardements anéantirent l’église et les maisons ; il n’en resta que le chœur aux voûtes béantes, la nef dont le côté gauche n’existait plus, le toit et la voûte abattus, le côté droit éventré, les vitraux en miettes. De la tour ne subsistait que la base jusqu’au sommet du porche, au-dessus de laquelle se dressait un angle de maçonnerie que s’écroula lui-même le 2 février 1945.

La troisième église offre un amalgame de partie anciennes, le chœur réparé, et de partie nouvelles, de facture moderne. Le chœur conserve ses voûtes nervurées, ses fenêtres élancées terminées en pointe. La vaste nef plafonnée est éclairée de chaque côté de 5 larges fenêtres avec des vitraux modernes. Le porche est surmonté d’un clocheton pointu assez original. Les travaux de reconstruction débutèrent en 1961, le gros-œuvre est terminé en 1963, mais l’aménagement intérieur dure encore une décennie; il se termine en 1969 à peu près. L’orgue construit par les établissements Schwenkedel en 1967 comprend deux claviers et pédale avec jeux, la montre en cuivre, la trompette en chamade.