Mairie, 41 rue Principale 67350 Kindwiller. 03.88.07.70.67 mairie@kindwiller.fr Mardi 17h00-19h15 et Vendredi 17h30-19h30

La deuxième guerre mondiale : 1939 – 1945.

Cette fois-ci, Kindwiller et tout le nord de l’Alsace vont se trouver au cœur de combats meurtriers et notre village va payer un tribut lourd et sévère au cours des batailles où s’affrontent les troupes du III° Reich et celles des Alliés, américaines et françaises.


22 août 1939 : après l’alerte de guerre, en 1938, et des mobilisations de jeunes soldats, la guerre devient inévitable vers l’automne 1939 ; les mobilisations recommencent ; le 29 août, les chevaux sont réquisitionnés et conduits à Haguenau.
1939 Septembre : la guerre a été déclarée le 1er septembre, le 8, des troupes arrivent, remplissent le village et toute la région à l’arrière de la Ligne Maginot.
1940 : Un hiver rigoureux s’installe ; les cantonnements militaires continuent. Après la débâcle de mai à juin, les Allemands s’installent. Les prisonniers reviennent au pays. Les jeunes, garçons et filles, sont enrôlés dans le « Arbeitsdienst », d’autres partent bientôt pour la « Wehrmacht », vers les fronts Russie et d’autres pays. Triste sort des « Malgré-nous » ! Combien ne reviendront pas ! Morts dans les atroces camps de prisonniers, sur les champs de bataille lointains ! Leur liste est longue… Au village on attend leur retour, dans l’amertume et la peine…
1944 : Les Alliés débarquent le 6 juin en Normandie ; le 22 Novembre, ils débouchent en Alsace. L’infanterie américaine, après des combats acharnés du 26 novembre au 1er décembre, s’installe à Kindwiller le 30 novembre. La population s’est terrée dans les caves pendant que la bataille fait rage dans les rues du village et dans les localités voisines. Enfin, les armes se taisent : est-ce la fin d’un cauchemar ? non ! simplement quelques jours de répit !
1945 : janvier – mars : La contre-offensive allemande dans les Ardennes, lancée le 16 décembre 1944, porte le nom significatif : « Nordwind » !. Il s’agit de percer le front allié et, en Alsace, de reprendre Strasbourg par un mouvement d’encerclement. Au Nouvel an 1945, les américains se sont retirés sur une ligne défensive longeant la Moder ; l’opération terminée le 21 janvier, les troupes allemandes reviennent, ils occupent le 23 janvier Kindwiller et son clocher de l’église qui est un poste d’observation idéal sur la région lointaine. Immédiatement, le village est transformé en véritable camp retranché, cerné par six lignes successives de mines enfouies ou posées en surfaces, les routes d’accès regorgent de même de mines puissantes contre les chars ennemis. Un témoin rapporte : « Impossible de confier à la plume ce qui se passait alors. Jours et nuits, nous demeurions dans les caves, dehors les obus pleuvaient, les attaques et les contre-attaques se succédaient dans la neige et la boue. Les cadavres jonchaient partout, les caves vacillaient, la terre tremblait, les maisons se disloquaient, s’embrasaient… jusqu’au 6 mars ! Cette nuit-là, nous avons quitté le village au milieu des éclats d’obus, le feu partout ! Un état lamentable ! sur 110 à 120 maisons, apprenons-nous plus tard, 88 ont été victimes des combats, les autres très endommagées… Les 16, 17 et 18 mars, il y a encore des attaques et des bombardements…. Enfin, les Allemands se retirent, les troupes de choc américaines occupent définitivement le secteur. »